Koala en pma

Nos aventures sur le long chemin de la PMA… Avec un Happy End !

Lectures pmesques

L’avantage d’une stim qui joue les prolongations, c’est qu’on passe beaucoup plus de temps à attendre. Et moi, dans les salles d’attente, j’ai soit des copies, soit un livre. (Je vous rassure, fin juin, je n’ai plus que des livres !)

J’ai fini Marc Levy, j’ai attaqué Laurent Gournelle.

Puis j’ai posé les deux livres sur ma table.

Et je me suis aperçue que, quand même, j’avais un souci avec le bonheur.

sans-titre (2)   sans-titre

Mais promis, je me soigne !

Publicités
11 commentaires »

Koala, oui. Tortue, aussi.

sans-titre (10)

Le compte-rendu de la journée d’hier n’arrive que ce matin, pour cause de soirée passée en Amoureux (Et qu’est-ce que ça fait du bien …. même si le boulot et la pma étaient quand même dans nos conversations.). Je suis certaine que vous me pardonnerez.

  • Côté labo :

Le Chtradiol commence enfin à monter : 1136. (On est bien loin des 2200 de la fiv icsi 1 bis…) On espère pouvoir éviter une hyperstim cette fois.

La LH est à 0,4 et la progestérone à 0,51.

  • Côté écho :

C’est là que je suis encore une tortue.

Vendredi, Docteur Sourire m’avait prédit des follicules à 19mm (Je l’avais trouvé bien ambitieux, mais je lui avais accordé le bénéfice du doute pour le follicule qui était à 13mm). Il m’a vu beaucoup plus sportive que ce que je suis !
Nous avons  :

– à gauche : 16mm x2, 15 x2, 14 x2 + des petits qui ne seront pas recrutés lors du grand casting de la ponction.

– à droite :  16mm x2, 15 x2, 14 x2 et 12 x3 + des petits qui ne seront pas non plus recrutés lors du grand casting de la ponction. (Je pense au passage qu’il ne faut pas compter sur les 12, ni sur les 14 d’ailleurs…)

Il me semble que cette stim ne nous rapportera pas plus d’ovocytes que les précédentes, malgré toute l’énergie qu’on a pu y mettre. Mais je me dis aussi qu’il suffit de quelques ovocytes pour avoir le grand champion, voire, soyons fous, leS grandS championS.

  • Côté trompe :

« J’avoue que je n’ai pas regardé » (Whattttttt?) « mais pour le moment elle ne nous intéresse pas » (Ok.) « de toute façon, je vous mettrai sous antibio » (Oui… mais quand même !)

Donc je ne sais pas ce qu’elle devient et c’est peut-être mieux ainsi, pour le moment. (Il y a déjà beaucoup trop de choses dans ma tête de Koala.)

  • Côté protocole :

On continue le gonal jusqu’à ce soir, mais on baisse un peu les doses pour éviter au maximum l’hyperstim (75ui hier soir, 62,5ui ce soir), on continue l’orga aussi. (Au passage : c’est assez sympa de se piquer à l’orgalutran dans le bleu qui a fait son apparition sur mon ventre. Puis comme on ne s’arrête plus de piquer, il a tendance à changer de couleur. Après le bleu et le vert à points mauves, nous sommes maintenant vers un truc caca d’oie piqué de rouge. Je suis sûre que Christina me trouverait magnifaïque, surtout lorsque je suis en maillot…)

On déclenche mercredi à 21h30, pour une ponction vendredi matin.

Oui, il va falloir que je me tape la réunion en tête-à-tête avec ma chère directrice…. J’aurai pourtant tout fait pour y échapper.

Le transfert est envisagé lundi (72h) ou mercredi (J5), en fonction du nombre d’embryons et surtout de leur tête ! C’était juste improbable quand on a commencé le provames. (Vous remarquerez comme j’inclus le Koala dans tout ce bordal.) Mais j’aurais bien aimé avoir des nouvelles de ma trompe avant, parce que je préfère ne pas transférer plutôt que de miser gros et de risquer de perdre beaucoup trop (Vous me direz, la GEU je n’ai pas encore testé…).

  • Côté administration :

C’est la secrétaire qui me prends la tête parce que je ne l’ai prévenue qu’à 11h50 que je devais partir à 15h20, alors que ça ne change rien pour elle car il n’y a pas de remplaçant.. (Pour info, je rends les petits à 11h30, lorsque les parents sont à l’heure et il me faut 10 minutes pour aller dans son bureau. Je n’ai donc pas traîné en route.) J’ai eu beau lui expliquer que je n’avais été prévenue de mon rdv que vendredi après-midi, après la fermeture du bureau, elle m’a rétorqué qu’il fallait que je prenne mes rdv le mercredi et le vendredi. Quand je lui ai dit que j’avais déjà rdv tous les mercredis et tous les mercredis (en protocole, on se comprend!), elle a remis ça sur la faute de l’hôpital qui « quand même, pourrait faire un effort ». (Je n’ai pas voulu rentrer dans les détails en lui expliquant qu’avoir 2 rdv le même jour c’est inutile et pas possible. Je sentais qu’elle n’avait aucune idée de comment ça se passe une FIV dans la vraie vie.). Elle m’a aussi dit que l’inspecteur n’allait probablement pas accepter ma demande d’autorisation d’absence…. Ce à quoi je lui ai répondu que moi je partirai après la récré… On verra si l’histoire s’arrête là ou pas….En même temps, je n’avais pas d’autre choix ! (Pmettes dans l’Eucation Nationale : est-il vrai qu’une demande d’autorisation d’absence pour raison médicale est obligée d’être acceptée?)

  • Voilà. On avance, tout doucement, mais je me plais à croire à vos si nombreux « Doucement, mais sûrement ». Heureusement que vous êtes là quand même.

J’ai bien les pétoches pour vendredi (non pas pour la ponction en elle-même, (ce ne sera que la troisième en un an…. la première ayant eu lieu le 30 juin l’année dernière), mais pour le résultat qu’elle va donner. Je sollicite donc vos croisages, bonnes ondes, douces pensées et gros câlins, pour que mes follicules un brin fainéants se réveillent d’ici vendredi.

45 commentaires »

Nuit agitée

 

sans-titre (8)
Voilà 3 nuits que je n’arrive pas à dormir.
Je rêve de ponction qui n’a pas lieu pour une histoire de chaussons bleus (assortis à la chemise de nuit, of course) introuvables (Il y avait aussi une histoire de bombardement de clinique suite à un accident d’avion… C’est grave docteur?).
Je rêve de taux, d’embryons, de mauvaises nouvelles (nombre, qualité… d’embryons mais aussi de petits nageurs).
Je ressasse l’histoire de la fiv1 et de son échec cuisant. Je fais le lien avec cette fiv2. Et j’ai peur de vivre une nouvelle déception.

Cette stim m’obsède. Et si ?

Et si l’œstradiol n’augmentait pas assez ? Et si on planifiait la ponction trop tôt ? Et si la ponction était catastrophique ? Et si nous avions fait tout ça pour rien ?

Là, je crois qu’il faut vraiment que je me détende !!! Je n’ai pas le contrôle de la situation et ça ne me plaît pas du tout. Mais je n’ai pas d’autres solutions.
Il ne me reste qu’à attendre demain pour avoir le nouveau taux d’œstradiol et l’évolution des follicules.

En attendant, je vais aller me recoucher, sans réveiller le Koala…. Et je vais essayer de ne pas trop tourner dans le lit.

sans-titre (9)

Bonne nuit !!

16 commentaires »

Tortue…. mais qui avance quand même !

sans-titre (7)

Suite de ma journée pmesque commencée ici.

Rdv avec Docteur Sourire, pour voir si le follicules font toujours la sieste ou s’ils ont l’intention de grossir un jour.

Le taux est effectivement bas, mais à l’écho on a eu une bonne surprise; Les follicules sont nombreux (ils ne grandiront pas tous) et ils ont grossi depuis mercredi.

  • Nous avons donc à gauche : 2x 12,5 mm ; 2x 12mm et 2x 10,5mm  (plus plein de petits)
  • à droite : 1x13mm ; 2x 12,5mm ; 1x 12mm ; 2x 11mm et 2x 10mm  (plus plein de petits)
  • endomètre à 8,5mm (on était à 4,5mm mercredi ! Il rattrape son retard lui !!)

On n’a pas parlé de ma trompe : je réalise ça maintenant…

Pour Docteur Sourire, le taux bas s’explique par l’injection d’orgalutran d’hier, mais « ça y est j’ai démarré » alors il est très confiant : mes follicules vont grossir et ça va commencer à tirer. Chouette.
On ne change pas les doses. On continue l’orgalutran. On recontrôle tout ça lundi. Et on envisage la ponction mercredi (selon lui, je devrais avoir des follicules à 19mm lors de l’écho de lundi… Ok pour celui qui est à 13mm aujourd’hui,, mais ça me semble beaucoup pour ceux à 12mm. On verra bien. Sinon, on décalera la ponction à jeudi ou vendredi…)

Il a même parlé de transfert frais si le taux ne s’emballe pas : c’est un dingue Docteur Sourire 😉

J’ai négocié un arrêt pour après la ponction : c’était assez facile. Dans la foulée, il m’a dit qu’il pouvait m’arrêter pour le transfert (je crois que je suis une VIP dans mon centre : un arrêt sans le demander, c’est du jamais vu ! ). Bon, je lui ai rappelé que vendredi je serai en vacances deux mois, donc ça ira (Ne me jettez pas de pierres, ça fait mal…)

Sinon, côté école, ma chère directrice m’a demandée de fixer une date de réunion (réunion inutile, entre elle et moi puisque ma collègue est absente) : j’ai proposé jeudi midi  😇 …. Oui, je sais que je ne serai probablement pas là…. Mais puisque je suis « gravement malade » (et que en plus de mes collègues, ce sont maintenant des parents qui s’inquiètent (WTF????) ), elle devrait m’excuser !

25 commentaires »

Encore en mode tortue ?…

Je viens d’avoir les résultats du labo :

œstradiol : 549 pg/ml

lh : 1,1 mUI/ml

progestérone : 0,59 ng/ml

C’est pas folichon tout !
Je vois docteur Sourire dans l’après-midi, mais je pense qu’on va devoir augmenter les doses…

Je ne comprends pas comment ça se fait que je ne réagisse pas alors qu »on a augmenté les doses par rapport aux premières FIV. La faute aux règles imprévues ?  Finalement, je vais peut-être y échapper à mon HSO (mais ça ne se bouge pas, j’échapperai aussi à la ponction 😦  ).

Je vous tiens au jus ce soir. Merci pour toutes vos gentilles pensées, désolée pour le croisage qui se prolonge un peu….

15 commentaires »

La stim’ tortue

Tout est dans le titre !

L’œstradiol a à peine augmenté : 370 (192 lundi), la LH est à 2 (1,7 lundi) et la progestérone est à 0,25 (0,23 lundi).

Les follicules sont trèèèèèèèèès nombreux, mais pas très gros. Les plus gros sont à 10,5mm.

Mon endomètre est à 4,5 : toujours trèèèès fin, merci les règles.

Ma trompe gauche nous fait encore coucou…. Va falloir qu’elle se calme. (Pour le moment, rien n’est prévu pour elle, mais quand on pensera transfert, ce sera un autre problème.)

On continue donc tranquillement le gonal à 87,5 (docteur Sourire craint une explosion si on augmente plus) et on n’introduira l’orga (Aïe!!) que demain soir.

Recontrôle vendredi, en espérant que mes ovaires se réveillent. Sinon, on augmente les doses : on n’est pas là pour plaisanter, nous.

J’ai aussi récupéré le spermogramme qui-sert-à-rien-mais-finalement-si (puisqu’on a tout décalé à cause d’un congrès) : « il est excellent » (moi, je n’ai pas eu les chiffres…).

La ponction ne devrait pas avoir lieu lundi (sauf si c’est une méga géante explosion d’œstradiol qui se produit, mais on en est très loin!). On penche plutôt pour mercredi, jeudi voire vendredi, mais pas plus tard.

Jusque-là, tout va plutôt pas trop mal.

Du côté de mon école, les gens continuent de venir me voir pour prendre des nouvelles. Mais c’est nul, toujours pas de petits gâteaux à l’horizon…

37 commentaires »

Nous ne sommes pas disqualifiés !

Nous ne sommes pas disqualifiés du grand marathon qu’est cette FIV ICSI 2, c’est LA bonne nouvelle ! (Vous noterez toute fois que je n’ai pas dit non plus qu’on était qualifiés pour la ponction : la route est encore tellement longue!)

J’ai donc bien mes règles (vu l’abondance et les douleurs, ça ne fait aucun doute). Pour docteur Sourire « Il y a une chose qui se vérifie toujours : quand on attend les règles elles ne viennent pas, par contre quand on ne les attend pas elles sont là ! ». Oui, c’est ce que chaque pmette constate au gré des cycles qui se suivent et ne se ressemblent pas !
Il préfère qu’elles arrivent maintenant que plus tard pendant la stim. C’est pas grave. (Si j’avais su ça samedi matin, mon WE aurait été bien meilleur!!!)

Les taux du jour sont trèèèès bas (cherchez l’erreur : chez moi, l’augmentation des doses fait baisser les taux!). A J5 de stim : LH : 1,7

Oestradiol : 192pm/ml

Progestérone : 0,23

(Pour rappel, à 6 jours de stim, j’étais à plus de 600 d’oestradiol… Mais Docteur Sourire préfère que ça commence doucement « là, il n’y a pas d’hyperstim ».Pourvu que ça dure alors !)
Vous vous doutez bien que si je vous parle de LA bonne nouvelle, c’est qu’il y a aussi du moins bon.

  • Côté endomètre : c’est trèèèès fin, mais plutôt évident vu la surprise du WE (Ca deviendra embêtant si on envisage un transfert frais, qui n’était pas prévu au départ, mais qui peut avoir lieu s’il n’y a pas d’HSO.) (C’est encore un peu tôt pour se prononcer!)
  • Côté trompes : le retour de l’hydrosalpinx! Alors ce n’est pas celui de l’hystérosalpingographie (qui était à droite), puisque-là c’est clairement ma trompe gauche que l’on voit à l’écho (la même que pour une écho de la FIV1). Pas de panique, ça veut « juste » dire que ma trompe n’est pas perméable (mais pour le moment, on s’en fout. On en reparlera : si on la voit encore mercredi et/ou si on doit faire un transfert)

Il y a aussi du ni bon ni mauvais :

  • Côté follicules : « beaucoup beaucoup beaucoup de petits, tellement qu’on ne peut pas les compter ». Mes ovaires sont bien gros, bien chargés, mais les plus gros follicules sont à 9mm.
  • Côté Orgalutran : comme la stim n’a pas encore vraiment démarré (mon corps est un peu fainéant pour le coup), on n’attaque pas l’orgalutran ce soir, mais mercredi.
  • Côté planning : est-ce que ce démarrage de stim au ralenti va décaler la ponction, on n’en sait rien. Le Koala s’adaptera à la dernière minute 36 heures avant.

Voilà pour la stim ! Heureuse (et soulagée:-) ) de pouvoir poursuivre !!

Je voulais aussi vous raconter ma journée, sacrément éprouvante !

Vous imaginez l’état de stress et de désespoir dans lequel je suis allée bosser ce matin. Arrivée à l’école à 8h15 (après le labo : pmette planning forever), j’apprends que ma collègue (que j’adore) (qui m’avait traquée pour savoir pourquoi on n’avait pas d’enfant : voir ) (mais je ne lui en veux pas, parce que depuis, elle est à l’écoute) a mal au ventre et sera absente au moins ce matin car elle est aux urgences. Ah ? On m’explique qu’elle est peut-être enceinte (elle a arrêté la pilule et souhaitait lancer les essais le mois prochain), mais qu’elle fait sûrement une FC. A ce moment-là, je décide que c’est trop pour moi, je file dans ma classe, pour ne pas ressasser tout plein de souvenirs qui font mal.

Puis au fil de la journée, elle envoie des messages pour nous tenir informées : elle est bien enceinte. Dans ma tête, je me suis dit qu’évidemment, c’était une C1 (statistiquement, je suis là pour aider les autres je pense) et que moi j’en été toujours au même point (oui, c’est moche de penser ça) (merci, je culpabilise déjà!).

Ils pensent à une GEU. Elle ne veut pas le faire partir, elle veut être sûr que c’est bien le problème (comment un hôpital peut proposer une solution aussi extrême sans être sûr du problème??!!!!). Et je parle avec une collègue, qui m’explique que les GEU, c’est ce qui arrive dans les grossesses non désirées, parce que l’embryon est rejeté… Là, on a touché le fond.

(Je spoile un peu : elle a finalement un kyste sur l’ovaire, mais la grossesse continue.)

Cette histoire aurait pu s’arrêter là, mais ça a bien évidemment fini par me retomber dessus. Je m’explique !

L’histoire de cette nouvelle PBC1 a chamboulé tout le monde (moi la première quand même). Et puis, la discussion, en mon absence, a dérivé sur mon cas. Mariée, sans enfant, des absences répétées. Et c’est là que ma Chère Directrice (ça faisait longtemps, pas vrai?) a dit à la moitié de l’école (j’étais dans la mauvaise moitié apparemment) qu’elle se doutait pour moi. Une collègue (que j’adore aussi, et qui est au courant) lui a dit que si je n’avait parlé de rien, elle ne dirait rien non plus. Mais qu’effectivement, si elle prenait le temps de parler avec nous sans nous agresser, elle s’apercevrait qu’on a tous des problèmes perso.

Réponse de ma Chère Directrice : « Oui, mais je me suis doutée, parce qu’elle était de mauvaise humeur ». → NON, je t’ai envoyée balader parce que, même la « gentille » Koala, quand on la fait chi@r, elle s’énerve !!!!! (c’était mon droit de réponse!!)

Ma collègue lui a dit que si elle surveillait ses paroles, je m’ouvrirais déjà plus.
La suite, c’est que depuis cet après-midi, une rumeur, véhiculée par ma Chère Directrice, veut que je sois « gravement malade ». Je leur dis quand que je ne vais pas mourir ?

27 commentaires »

« Je ne peux pas être sur tous les fronts » + « DNLgrosseP lâche-moi bord@al de m@rde !! »

Etre polie, j’y penserai un autre jour….

Voilà l’article que j’ai commencé hier. Je l’ai terminé ce matin, je le publie quand même, même si ce n’est plus vraiment d’actualité, enfin je crois. Je vous écris aussi « DNLgrosseP lâche-moi bord@al de m@rde !! », parce qu’aujourd’hui elle a encore décidé de me faire chier… Et que je n’ai plus vraiment d’espoir.

  • « Je ne peux pas être sur tous les fronts »

Oui, ça paraît évident. Mais c’est une prise de conscience pour moi. Prise de conscience qui a commencé en janvier je crois.

Pour la fiv 1, j’étais dans ma classe avec mes 29 élèves le lendemain de la ponction. Je n’étais évidemment pas au top de ma forme, mais j’étais au travail, au moins physiquement (faut dire que je découvrais les joies d’une hyperstim et que je n’arrivais toujours pas vraiment à me réveiller de l’anesthésie de la veille). Et puis la suite, on la connaît : absence de fécondation, donc pas de transfert. Il était hors de question que je reste chez moi pour me reposer puisque lorsque j’étais seule je ne faisais que pleurer.

Pour la fiv icsi 1 bis, tout s’est bien goupillé, puisque la ponction a eu lieu le premier jour des vacances. Le transfert a également eu lieu pendant les vacances. L’hyperstim a aussi eu lieu pendant les vacances. Pas de décision d’arrêt à prendre (mais des vacances très peu reposantes).

Pour le TEC, là, en revanche ça a été plus casse-tête. Programmé sur janvier, il n’y avait pas de vacances à l’horizon (mon centre étant fermé pendant les vacances de Noël). Nous avons placé le transfert le vendredi, comme ça j’étais en arrêt seulement un jour, puis en WE. J’avais désormais deux petites poussières de vie au creux de moi, et elles devenaient mes priorités.
Puis la pds positive. Ressentir cet immense soulagement, le sourire aux lèvres. Réaliser tout le poids qu’on avait sur les épaules et surtout réaliser qu’on ne s’était pas aperçu de cette pression (pas à ce point je veux dire). Se dire qu’on a eu raison de se battre, que toutes nos larmes versées sont désormais récompensées. Mais que quand même, on a un peu oublié de vivre en cours de route.

Puis les premiers saignements. Se dire qu’on a essayé de rester calme, mais que ça n’a pas suffit. Accepter les 15 jours d’arrêt comme une évidence, pour le bien de Djobi.

Puis la FC. Et la descente aux enfers qui l’accompagne. Se dire qu’il faut tout recommencer, sans avoir la certitude que ça marchera, pour de bon cette fois, un jour. Connaître le poids de ce que l’on vit, et connaître la tristesse et les doutes qui l’accompagnent.

Pour la FIV icsi 2, c’est donc dans un tout autre état d’esprit que je me suis lancée de ce nouveau chapitre.
Un an après la fiv1, peu importe le nombre de jours d’arrêt (mais docteur Sourire n’est pas très généreux). La seule contrainte que je me suis fixée était de pouvoir être présente à ma sortie scolaire. C’est bon, c’est fait.
Je crois que depuis mercredi, début du gonal, je suis en pré-vacances. Les livrets sont remplis, prêts à être donnés. Les dessins ont été détachés des murs, rangés dans les pochettes. J’ai cette sensation que l’année scolaire est finie, et que la semaine prochaine est une semaine PMesque, uniquement. Je me dis que je ne retournerai pas à l’école après la ponction, et cela ne me dérange pas. Mon objectif est clairement cette fiv, et je sais maintenant l’énergie qu’elle me demande. Et je suis réaliste : je ne peux pas être sur tous les fronts.

  • « DNLgrosseP lâche-moi bord@al de m@rde !! »

Je vous le fait en bref, comme ça je peux retourner pleurer tranquillement.

Câlin ce matin. Règles ce matin. Une Koala qui pleure. Un Koala qui ne comprend pas plus comment c’est possible. Une fiv icsi 2 qui semble plus que compromise. Un week-end pourtant ensoleillé, mais qui ne s’annonce pas joyeux en attendant le rdv avec docteur Sourire lundi soir.

Je ne comprends pas : je n’ai pas loupé de provames (j’en suis certaine : l’expérience du TEC m’a un peu traumatisée…), et je n’ai fait que trois injections de gonal. Je n’ai donc pas pu ovuler. Comment puis-je avoir mes règles ?

J’ai d’abord pensé à des saignements (j’avais eu ça pour l’IAC4. Docteur Sourire avait dit que ça arrivait car le col est plus fragile à cause des hormones. Cette IAC4 a aussi été arrêtée, mais c’est un autre sujet.), mais l’abondance et les douleurs qui sont associées ne laissent pas vraiment de doute.

Je voudrais qu’on m’endorme jusqu’à lundi soir, histoire que j’arrête de trop penser et surtout de pleurer (oui, je sais : pleurer ne changera rien, mais ça me soulage un peu).

Je n’ai vraiment aucun espoir. Mais avec le Koala, on se dit que c’est peut-être mieux de s’apercevoir qu’il y a un problème avant la ponction plutôt qu’après. On se raccroche à ce qu’on a. On sait qu’on est tous les deux, dans une mauvaise passe, certes, mais tous les deux quand même.

DNLgrosseP : je t’en prie, fous-moi la paix. Je suis à bout de tes conneries. J’en veux à mon corps de me jouer de sales tours, mais si tu arrêtais de me faire chier, je crois que lui et moi on pourrait enfin se réconcilier (Faut dire que depuis février, on n’est plus trop copains mon utérus et moi. On cohabite, mais c’est un peu la guerre froide.). Le message est clair : lâche-moi ! J’aimerais avoir une bonne nouvelle lundi…

Sur ce, je retourne pleurer. Je viendrai vous faire un compte-rendu lundi soir.

Ps : Avez-vous pensé à vos actions Kleenex ? (Si oui, vous allez être richesssssssssss!)

40 commentaires »

En voir la fin… + EDIT

sans-titre (6)

2 cachets, au moment de me coucher ce soir. Après, ce sera fini. J’en ai rêvé, j’y suis. Au revoir Provames.

Notre histoire a commencé le 17 mai, nous sommes le 16 juin…. 2 tablettes entières et quelques cachets à côté. Cette fois, toi et moi ça a duré. Pas forcément dans les meilleures conditions. Mais les résultats sont là, c’est l’essentiel.

Les nausées ont (quasiment) disparu depuis jeudi, c’était déjà un grand soulagement.

Demain soir, je commence le gonal.

Ca y est, nous touchons du doigt la FIV ICSI 2.

Espérons qu’elle tienne toutes ses belles promesses…

EDIT : Dire au revoir au provames sur le 100ème article, ça n’a pas de prix !!!!!

54 commentaires »

La sécu m’écrit

Oui M’sieurs Dames, la sécu m’écrit à moi, la Koala !

Pour me dire quoi? Que mon 100% est renouvelé jusqu’au 10 juillet 2017. (Oui, j’avoue, c’est moi qui ai écrit en premier…)

C’est plutôt une bonne nouvelle : la prise en charge continue (Merci la sécu, sinon on aurait peut-être hésité avant de se relancer dans l’aventure pma.).

J’espère que d’ici 2017 on sera sorti de cette galère (ou qu’on y sera pour le P’tit Deuxième, hein, je ne lui en veux pas à la pma…).

En même temps, quand je repense à mon 100%, je pensais que le 9 juillet 2015 était à des années-lumière… C’était il y a 23 mois, jour pour jour. La première fois que je rencontrais Docteur Sourire. La première fois que j’ai eu l’impression qu’on s’occupait enfin de mon cas, pour de vrai. La première fois qu’on m’a redonné de l’espoir. Le début d’autres échecs aussi, toujours plus douloureux.

Ces presque 2 ans, qui nous ont faits passer d’un « dossier facile » (Nous n’avions à l’époque qu’un test de Hühner catastrophique. Les IACs étaient LA solution) à une suite de rebondissements incontrôlables (on en reparle des opk, de l’absence de fécondation, des hyperstim et de la FC?).

Que de chemin parcouru, côte à côte, main dans la main.

J’espère que cette fois, DNLP va nous laisser tranquilles, pour qu’en 2017 je n’ai pas besoin de réécrire à la Sécu… S’il te plaît DNLP.

50 commentaires »